La culture énergétique

Voici un message de la Source, extrait du livre Le nouveau monde.

Une histoire d’amour

Comme pour toute chose, le besoin primordial des plantes c’est l’amour. Vous allez travailler en collaboration avec moi pour faire de ces plants que vous ferez pousser les plus merveilleux du monde. Ayez d’abord cela dans votre conscience.

Vous savez, il faut travailler avec vos élans personnels. Ce que vous appelez souvent l’ego est mélangé avec cette attitude profonde qu’il faut avoir pour aimer les choses que l’on fait, pour en être fier, comme vous dites dans votre langage, mais c’est plutôt aimer qui est le mot juste. Aimer, avec tous vos sens humains et votre connexion avec l’amour divin qui peut passer par vos mains, par vos yeux, surtout par votre façon de penser quand vous travaillez avec la nature. Vos émotions aussi jouent un rôle important. Alors faites appel à tout votre être pour fixer dans vos mémoires cellulaires cette attitude de fond qui est d’aimer profondément les plantes et d’en faire les plus merveilleuses créations de votre jardin, de votre univers.

Soyez souples aussi. Ne fixez pas d’image dans votre mémoire, mais plutôt une ouverture, une attitude de surprise ou d’attente ou de découverte de voir ce que vos plantes vont pouvoir devenir avec tout l’amour que vous allez leur insuffler. Le prana jouera donc un très grand rôle dans votre façon de cultiver. Et cela vous procurera l’occasion de respirer vous-mêmes et d’en faire profiter votre corps physique. La respiration pranique nourrit vos cellules humaines ; elle nourrira aussi les cellules des végétaux dont vous prendrez soin.

Une heure de respiration par jour. Cela paraît beaucoup pour votre organisation du temps. Séparez-la en plusieurs petits morceaux et soufflez sur vos jardins tout l’amour que vous pouvez canaliser dans ces instants. Chacun sera responsable de se nourrir ainsi du prana et d’en faire profiter les végétaux de l’école. C’est une bonne façon pour vous de faire intégrer la respiration pranique à vos élèves, tout en lui donnant un but extérieur à eux.

Soyez donc certains de mon appui et cultivez dès maintenant cette attitude intérieure de ressentir l’amour pour les choses que vous faites, que ce soit des plantes, des animaux, ou de l’écriture. Que cette joie profonde de la création vous habite, cette communion que nous appelons, avec le divin.

Voilà comme introduction au travail que vous demandez. Et bienvenue dans cette nouvelle conscience que vous appelez l’Esprit de la nature. Je me ferai une joie d’être avec vous tout au long de vos expériences pour ainsi développer la conscience de l’union entre nos deux mondes. Quel bienfait ce sera pour vous, l’humanité, et pour nous, tous les végétaux. L’union de l’homme avec la nature commence par cet entraînement de conscience, cette obligation que l’homme s’impose pour entrer en lui, ce geste de s’unir à la Source de toute chose, pour faire ce qu’il a à réaliser dans la matière. C’est avec joie que nous accueillons votre initiative, moi et tous les dévas de la nature. À bientôt, je l’espère

C’est beau, inspirant, emballant, et cela nous fait partir du bon pied ! Mais… le quotidien reprend rapidement le dessus, avec son lot de contraintes et d’influences extérieures ; avec ses envolées de jugements, de critiques, de questions et de propositions qui fusent de toutes parts; avec toutes ces connaissances et préoccupations qui remplissent notre tête quand cela fait des années que nous cultivons autrement. On craint de faire le saut dans le vide… Alors on a besoin de s’arrêter encore, pour faire le point :

Lâcher toutes ses connaissances, ça veut aussi dire se brancher à la connaissance. Le saut dans le vide n’est pas vraiment un saut dans le vide, mais plutôt un choix de vivre l’instant présent avec des informations qui peuvent vous venir spontanément. La culture énergétique, c’est une histoire d’amour entre votre être et le reste de la nature ; c’est un échange d’information et de disponibilité ; c’est une communication dans une autre dimension.

Pour l’information dont tu as besoin concernant le mélange de la terre, suis plutôt ton intuition, c’est-à-dire, connecte-toi à l’Esprit de la nature quand tu fais le mélange d’une terre qui va recevoir certains types de plantes. Oublie tes connaissances dans le sens de ne pas décider théoriquement. Par contre, reste à l’affût de toutes les informations qui peuvent surgir du fond de ton être. C’est ainsi que tu dois éduquer tes élèves à ressentir et à utiliser les matériaux disponibles.

La culture énergétique, c’est un état d’être, c’est une communion avec l’esprit en vous et l’esprit de la nature. Vous êtes à cheval sur les deux dimensions. C’est une question d’éducation, une question de volonté pure, une question de vouloir découvrir les secrets qui se cachent en vous ; c’est une poussée pour ouvrir votre conscience à la simplicité et à ce vaste réseau d’information dans lequel vous vivez et auquel vous pouvez avoir accès facilement quand votre esprit est disponible et ouvert, en union avec le reste de la nature dont vous faites partie.

Il n’y a rien d’autre qui vous soit demandé que de vivre cette histoire d’amour du plus profond de votre être, de sentir la liberté vous habiter, de sentir la joie profonde de la communion avec chaque être dont vous allez prendre soin. C’est une question d’amour véritable, une question d’abandon. Avec cette attitude, votre être irradiera ce dont la Terre a besoin. La Terre est un réceptacle d’énergie, elle capte l’énergie cosmique. Si vous en êtes le canal, vous prendrez ainsi soin de ses besoins, et elle recevra ce qu’il faut pour les plants qui poussent sur elle.

Comme pour l’alimentation, vous devez vous détacher de toutes les significations, ce qui est difficile au début, car l’abandon n’est pas total, la confiance n’y est pas, l’expérience non plus. Vous devez éduquer votre être à faire confiance à la bibliothèque universelle. Pour cela, vous avez besoin d’entraînement. Faites donc de ce laboratoire une expérience heureuse. Vivez-la dans l’abandon, dans la joie. Soufflez sur vos jardins. Soyez le canal pur qui aide la Terre à recevoir ce dont elle a besoin, pour prendre soin de ce qui pousse à sa surface. Soyez les enfants de Dieu, ces créateurs-nés qui retrouvent leur don, dans l’abandon et la simplicité. Voilà.

Message de la Source extrait du livre Le nouveau monde.